D. Anclin et H. Schricke sur l’innovation en binome : startups et grands groupes

On a souvent besoin d’un plus petit que soit. C’est sur cette idée que les Grands Groupes revisitent leurs modes de collaboration pour innover. Faire appel à des startups est l’une des avenues qu’ils exploitent pour se re-développer. Cette interview réunit Danièle Anclin, directeur général de l’IE-Club et Hervé Schricke, président du directoire du la société de capital risque d’XAnge Private Equity.

L’IE-Club est un club d’entrepreneurs, d’investisseurs, et d’institutionnels au sein duquel existe l’observatoire de la relation Grand Compte / PME. Sa vocation est de mettre en avant la façon de collaborer entre ces deux acteurs.
- Ils forment un binôme.
- La PME a réussit a convaincre le Grand Compte et le Grand Compte a pris le risque de faire travailler une startup. Ecoutez l’exemple d’Airbus et Anywhere ou d’Arkamis et Renault.
- Les relations s’améliorent entre ces deux groupes : le taux de satisfaction passe de 57% à 72%.

Hervé Schricke est aussi président de la commission venture de l’AFIC. Son point de vue sur le financement des startups m’interessait. Les fonds ont des capitaux disponibles. Il précise.

On s’attend à périodes plus difficiles. On pense que les nouveaux business modèles vont mettre plus de temps à émerger dans certains cas, au contraire être accellerés dans d’autres. La vraie difficulté vont être les sorties. Nous avons besoin de sorties pour pouvoir réinvestir. On fait attention au financement durable de la startup. On est très ferme avec les dirigeants sur la mise en oeuvre du business plan.

Faire un commentaire